Souvenez-vous de Walter White !

breaking bad la fin

Breaking Bad, c'est l'histoire de la déchéance d'un homme, Walter White, qui passe du statut de père de famille aimant à celui de dealer de méthamphétamine émérite, qui s'enfonce dans le vice. Après cinq d'une descente aux enfers bien orchestrée par le talentueux créateur de la série, Vince Gilligan, Walter White achève son chemin et trouve la paix qu'il mérite. Breaking Bad est l'une des rares séries qui a su monté crescendo en qualité, passée la saison 1 (que certains trouve trop lente même si je la trouve très bien), la série n'a cessé de rivaliser de créativité pour le plus grand bonheur des fans. La preuve en est elle a été plébiscitée à 99% et est entrée dans le Guinness Book des records ! Autant dire que Breaking Bad aura marqué le petit écran et pourra entrer dans la légende !

breaking_bad

Une série au titre avant-coureur

Avec un nom comme "Breaking Bad", le public était prévenu dès le début que l'histoire de Walter White se finirait mal. Le saviez-vous, breaking bad est une expression familière du sud-ouest des Etats-Unis (Albuquerque se trouve dans l'état du sud-ouest, du Nouveau Mexique)  qui signifie "dévier du droit chemin". D'ailleurs, Vince Gilligan l'avait expliqué lors de son interview au festival Series Mania (2011). Or, n'est-ce pas ce qui arrive à Walt en deux ans ? Et c'est mieux comme ça car il ne faut pas se le cacher voir Walt s'enfoncer dans le vice est un sombre délice. Personnellement, j'ai toujours pensé que le moment où il était irrécupérable était à la fin de la saison 2 où il laisse Jane mourir volontairement alors qu'il aurait pu la sauver mais il préfére la regarder s'étouffer dans son vomi. A partir de là, son ego prend le dessus et ne fait qu'augmenter d'épisodes en épisodes.

Une conclusion nécessaire

Cet épisode finale paraît se détacher de la structure de la saison 5. En effet, il fait office de conclusion à une aventure et celle-ci a commencé dès l'épisode précédent "Granite state" avec les adieux de Walt à son fils Flynn aka Walter Junior. Le dénouement devait à tout prix conclure les intrigues lancées et dans un temps imparti. Alors, oui cet épisode est moins spectaculaire que "Ozymandias" mais il a le mérite de remplir sa fonction et de proposer une fin digne de ce nom.

Art du détail

Pour ce final, Vince Gilligan montre sa maîtrise de l'art du détail. Tout d'abord, le titre de cet épisode "Felina", un anagramme de "Finale" en anglais et qui signifie en espagnol (et italien) "félin". Mais, le titre fait référence aussi à la chanson "El Paso" du chanteur Marty Robbins. La chanson raconte l'histoire d'un cow-boy sans nom qui tombe amoureux d'une femme nommée Felina, et qui se fait tirer dessus par ses ennemis, et meurt dans ses bras. Dans la voiture volée par Walt dans le New Hampshire, l'auto-radio joue cette chanson et plus tard il la fredonne quand il est entrain de mettre au point son arme de destruction le M60. Cette chanson donne le tempo de l'épisode.

Breaking_Bad_finale

Road trip to "Felina"

Ce denouement relate le voyage de Walt pour revenir chez lui et régler une bonne fois pour toute, ses comptes. Quand il vole la voiture dans le New Hampshire, le chimiste se fait une frayeur quand il entend retentir les sirènes de police, alors, comme une prière, il prononce ces mots : “Just get me home. I’ll do the rest." ("Fais-moi rentrer chez moi. je ferai le reste.") car il est temps pour Walter White d'en finir.

L'anti-héros revient chez lui dans le Nouveau Mexique et décide de régler son problème de reconnaissance avec Gretchen et Elliot, ses anciens collégues chimistes. Ils menacent le couple pour qu'ils donnent son argent à son fils Flynn, le jour de ses dix-huit ans. Walt prend, enfin, sa revanche et il n'hésite pas à la savourer car les deux individus face à lui sont terrorisés. Il se fait aider de Badger et Skinny (amis de Jesse). Les deux personnages sont présents dans cet épisode car ils ont marqué la série et il semblerait que cette scène est un hommage à ces protagonistes délirants. Puis, le lendemain, le soleil se lève, le jour de l'anniversaire de Walt : 52 ans. Deux ans se sont alors, écoulés entre le père de famille moralement stable et le dealer égoïste qu'il est devenu. Sauf que Walt est seul devant son assiette de bacon en forme de 52 alors, qu'au début de la série pour les 50 c'est en famille qu'il célébrait cet événement.

breaking_bad_finale_skyler_

Un dernier au revoir pour Skyler 

C'est une sublime scène à laquelle on assiste entre les deux personnages, les acteurs remarquables transmettent toute une batterie d'émotions en seulement cinq minutes. Skyler fait admettre à Walt que la vraie raison qu'il l'a fait prendre ce chemin, c'est son ego démesuré et non sa famille derrrière laquelle il s'est trop longtemps caché. Oui, Walter White vit pour le danger ! Cette réplique résume en un instant l'énigme Walter White :  "I did it for me. I liked it. I was good at it. And I was really… I was alive." ("Je l'ai fait pour moi. J'aimais ça. J'étais bon dans ce domaine. Et j'étais vraiment… j'étais vivant."). Puis, une dernière fois il sauve sa femme, Skyler en lui proposant de faire affaire avec le FBI en lui donnant le billet de lotteri qui indique l'emplacement du corps d'Hank et Steve Gomez. Seule la petite Holly reste innocente dans la situation.


Le temps de la vengeance à sonner

Avec son ego colossal, Walt ne pouvait pas partir sans assouvir sa vengeance, d'autant plus, quand il apprend que Jesse est retenu prisonnier par le gang de Nazi de l'oncle Jack. Heisenberg arrive avec la tenue de Walter White du début, un clin d'oeil que les fans auront remarqué (je reconnaîtrais cette chemise verte entre mille). Malgré les déconvenues qu'il a eu avec Jesse, Walt se sent obliger de sauver Jesse, une dernière fois, comme au bon vieux temps où ils étaient partenaires. Heisenberg compte sur le sens de l'engagement de l'oncle Jack pour mettre en oeuvre son plan diabolique et ce dernier tombe dans le piège. Alors, le M60 lance à tire larigot des balles et Walt protège Jesse en se lançant sur lui pour le plaquer au sol. Le chimiste est touché par une balle et Jesse obtient sa propre vengeance en étranglant Todd de toutes ses forces. Pas de négociation avec l'oncle Jack, Heisenberg a déjà pris sa décision et tire sur l'homme avait qu'il lui propose un marché. Cette scène fait écho à la fin tragique de son beau-frère Hank. Enfin, Walt se débarasse de Lydia avec un peu de ricine, le même agent toxique qui a rendu le petit Brock malade, mais il fallait dire que cette addiction à la stevia de la jeune femme devenait louche.

jesse_breaking_bad

Le duel de partenaires

Walt blessé, Jesse peut enfin, le faire payer pour ces péchés (Broc, Jane et j'en passe). Mais, c'était trop facile et Pinkman n'a pas saisi l'opportunité, pourtant, servie sur un plateau d'argent. Pourquoi ? Car le fait que Walt soit blessé rend la partie trop évidente, le chimiste mourra avec ou sans l'aide de Jesse. Alors, pourquoi avoir un autre mort sur la conscience, le jeune dealer ne le supporterait pas. En effet, il a eu beaucpup de mal à digérer la mort de Gale Boetticher. La confrontation entre les deux partenaires est touchante et cet échange est grandiose :


Jesse : Say the words. Say you want this! Nothing happens until I hear you say it.
Prononcez les mots. Dites que vous voulez ça ! Rien ne se passe jusqu'à que je vous entende le dire.
Walt : I want this.
Je le veux.
Jesse : Then do it yourself.
Alors faites-le vous-même.

Heisenberg_finale

Une légende est née !

Walter White a montré à de nombreuses reprises qu'il savait s'imposer et que c'est lui qui décidait. Alors, c'est tout naturellement, que le célèbre Heisenberg décide de sa mort. Dans ce final, il le dit "it's over" ("c'est fini") et il tient sa promesse. Le cancer, ni l'arrestation auront eu raison de lui. Walt meurt heureux dans un endroit qu'il affectionne un laboratoire de chimie où l'on fabrique de la méthamphétamine. Il assure son héritage et met fin à sa légende "Heisenberg", créateur de la méthamphétamine bleue la plus pure au monde. Personne ne l'arrêtera, il décide de son destin. Il laisse une dernière empreinte sanglante sur un contenant de méthamphétamine comme pour laisser une trace de son passage sur terre. Il meurt le sourire aux lèvres avec le sens du devoir accompli.

Breaking Bad est une série qui n'a cessé d'évoluer en qualité au fil des années. Le final est tout à fait à la hauteur du anti-héros Walter White. La mort me semblait la seule issue possible (et avec l'entretien avec Vince Gilligan auquel j'ai assisté, j'avais l'impression qu'il nous l'avait dit à demi mot) et elle correspond tout à fait au parcours du personnage. Cette série a été une véritable addiction, rarement déçue par un épisode. Une série de légende !