the orville avis

[Pilote] The Orville

300 ans dans le futur, Le capitaine Ed Mercer est enfin promu et il prend les commandes du vaisseau U.S.S Orville. Lui et son équipage, qui comprend son ex-femme et son meilleur ami Gordon, explorent l'espace et apprennent à vivre ensemble à bord. [symple_bullets style="check"] Durée : 42 min Saison 1 = 13 épisodes Pays : USA Diffusion : Fox [/symple_bullets] Le saviez-vous ? Seth MacFarlane est aussi le créateur de la série animée Family Guy. Le nom du vaisseau Orville est le prénom d'un des deux frères Wright Orville et Wilbur. Ils ont effectué le premier vol en avion motorisé en 1903. Seth MacFarlane avait l'ambition de faire un Star Trek à sa sauce. Patrick Stewart et Scott Bakula viendront faire une guest-star en saison 1. Pourquoi regarder The Orville ? Pour les amateurs de l'humour de Seth MacFarlane Une combinaison entre Star Trek et Family Guy Une série de science-fiction humoristique   Mon avis sur The Orville episode 1 Connaissant Seth MacFarlane de réputation, je m'attendais à une série drôle. Or, j'ai pour ainsi dire pas rigoler une seule fois. J'ai trouvé ça lourd surtout. Alors, je le concède je n'ai jamais été sensible à l'humour Family Guy Mais pour avoir vu de force quelques episodes de la série animée, je sais qu'elle est bien plus drôle que cet épisode de The Orville. En fait, il semblerait que Seth MacFarlane s'est fait un petit plaisir personnel avec sa série en oubliant l'essentiel : avoir un bon scénario et des personnages authentiques. Le contrat est clairement pas rempli Le scénario est facile avec des dialogues pauvres, l'humour vaseux et les personnages tout sauf attachants. Côté science-fiction, il s'agit d'une pâle imitation de Star Trek. Les extérieurs peuvent faire illusion mais Les intérieurs beaucoup moins. Seth MacFarlane est littéralement sur…

quadras avis

Quadras : quand la crise de la quarantaine devient risible !

Quand vous voyez le pilote d'une série et que vous avez envie de voir la suite, c'est positif. Mais quand c'est une série française, c'est rare et c'est donc encore plus positif. Quadras est une de ces exception en séries m'ayant provoqué cet état que j'affectionne tant, l'envie de suivre des personnages dans leurs aventures. Sur le modèle de la série australienne La Gifle (The Slap en anglais, dont les auteurs Mélissa Drigeard et Vincent Juillet affirment s'en être inspirée), Quadras propose d'explorer plus en détails la vie d'un personnage par épisode. L'événement qui réunit tous ces personnages ensemble, c'est un mariage. Rien de mieux qu'un événement festif pour rassembler des gens de toutes horizons comme me l'a confiée Melissa Drigeard, auteur, réalisatrice et actrice dans la série. En effet, cette jeune femme pas encore quadra cumule les casquettes et en plus, elle les porte toutes très bien. Son personnage d'Isabelle est touchant, sa réalisation avec Isabelle Doval est soignée et son écriture en duo avec Vincent Juillet est fine et juste.   L'épisode 1 de Quadras décortiqué à la loupe Oui, Quadra est une série bien écrite qui débute par une scène d'exposition efficace : les personnages sont présentés chacun leur tour dans les voitures qui les mènent au mariage. Une fois, les présentations faites qui permettent de situer qui est qui, les festivités commencent, place au mariage. Puis, on embraye avec l'histoire d'Alex, le marié, comment en est-il venu à se marier avec Agnès. Une construction efficace qui s'achève avec un cliffhanger de la mort. Quand Agnès prend son verre pour trinquer, on s'attendait à tout mais pas cette heureuse nouvelle parce que techniquement ce n'est pas possible. Enfin, si vous avez bien suivi l'histoire, ce n'est pas possible et jusqu’à présent la médecine n'a pas trouvee de…

engrenages saison 6 avis

10 bonnes raisons de suivre la nouvelle enquête Engrenages saison 6

Quand ma série française préférée revient pour une nouvelle saison, je suis aux aguets ! J'ai eu la chance de voir un aperçu très en amont avec la diffusion de l'épisode 1 de la saison 6 Engrenages en avant-première au MIPTV. Un premier épisode très prometteur qui laissait présager une belle saison et c'est le cas. En effet, la saison 6 est dans la lignée de la saison 5 tout aussi bonne même si je trouve que les saison 1 à 4 sont aussi bien, disons que la saison 5, a fait monter la qualité de l'écriture d'un cran supérieur et la 6 suit ce chemin. Une fois que Canal + m'a mis à disposition les 11 autres épisodes autant vous dire qu'en un week-end, j'étais prise par l'engrenage et je n'arrivais pas à quitter les personnages et leurs histoires captivantes. Je vais essayer de vous dire en 10 points pourquoi cette saison 6 vaut le coup d'être regardée  :   1. Qui dit nouvelle enquête, dit nouveau cadavre ! C'est un tronc cette fois-ci, oui, vous avez bien lu. Un tronc est l'objet de l'enquête de notre trio de choc Gilou, Berthaud et Tintin. 2. Mais ce tronc n'est pas le seul problème, la corruption policière est un vrai sujet dans cette saison. 2. Laure découvre la maternité : elle galère, elle a peur, elle fuit et elle est surtout touchante dans ce rôle nouveau d'autant plus qu'avoir un enfant prématuré rend la tâche encore plus difficile. 3. Quant à Joséphine, elle vous apprendra l'art de la vengeance en dehors de toutes formes de légalité. 4. Mais dans leurs galères, les femmes d'engrenages se soutiennent ! Un bel exemple de solidarité féminine entre Joséphine et Laure cette saison. 5. Tintin lui va se sentir seul et il ne trouvera…

kim kong série avis arte

Kim Kong ou le cauchemar du réalisateur !

En tout cas, le producteur Thomas Bourguignon, lui confirme que Kim Kong est bien inspiré d'un fait réel sauf qu'il a été mis à la sauce français avec un acteur très français Jonathan Lambert entouré d'un casting 100% asiatique avec le talentueux Frédéric Chau. Figurez-vous que ce n'a pas été facile pour le producteur de composer un casting avec des acteurs asiatiques car ils sont peu nombreux dans la profession. Mais pari réussi et on découvre des talents comme le monsieur avec son claque interminable ou la femme qui hurle action ! comme une forcenée. Anecdote de tournage : Frédéric Chau a accepté exceptionnellement de jouer avec un accent pour la série ce qui n'est pas son habitude. D'ailleurs, son personnage est très attachant même plus que Mathieu Stannis, le réalisateur blasé joué par Jonathan Lambert. Kim Kong, j'ai vu trois fois les 30 premières minutes (projection de projection) que je trouve les plus réussies parce que la suite perd en qualité. Passez les deux-trois blagues faciles et le délire incroyable de film du commander, la mini-série fait moins rire et peut même déranger dans certains propos un peu limite. A voir avec beaucoup de second degré. En fait, Jonathan Lambert est bon dans les parties comiques et moins touchant dans les scènes plus dramatiques ce qui n'est pas le cas de Frédéric Chau qui assure les deux volets. Peut-être que c'est une déformation d'image de l'acteur, en effet, Jonathan Lambert reste un comique dans l'esprit des gens et pas un clown triste. Un bon point pour Kim Kong, la fiction parvient à créer ce sentiment d'enfermement que l'on pourrait imaginer dans un régime totalitaire. En effet, on suffoque dans Kim Kong. Cela est aggravé par cette impression de vide des lieux. On pourrait tout à fait imaginer ce genre…

The deuce avis episode 1

[Pilote] The Deuce

États-Unis du début des années 70 au milieu des années 80, c'est le début de la légalisation et de l’explosion de l’industrie pornographique, les balbutiants d’une future mine d’or. Aux premières loges de cette révolution culturelle, deux frères jumeaux propriétaires de bars servant de couverture aux mafieux du coin, Vincent et Frankie Martino et Candy, prostituée en quête de liberté, visionnaire courageuse à l’écoute des évolutions de son époque. [symple_bullets style="check"] Durée : 60 min Saison 1 = 8 épisodes Pays : USA Diffusion : OCS génération HBO [/symple_bullets] Le saviez-vous ? C'est une série de David Simon connu pour les séries Sur Ecoute (The Wire), Treme ou Show Me A Hero. James Franco joue deux rôles, celui des jumeaux Martino. L'acteur réalise 2 épisodes le trois et le sept. Le pilote et l'épisode huit de fin de saison sont réalisés par Michelle MacLaren, réalisatrice et productrice exécutrice de Breaking Bad. Pour ses recherches sur le rôle de Candy, Maggie Gyllenhaal s'est entretenue avec une star du porno Annie Sprinkle et elle a aussi lu le livre de Tina Russell intitulé "Porn Star". Le personnage de Magarita Levieva, Abigail 'Abby' Parker devait avoir 36 ans au début et finalement, c'est une étudiante de 20 ans qui a fait l'université de New-York tout comme son interprète. Pour les fans de Revenge, c'est la prétendue Amanda Clarke.   Pourquoi regarder The Deuce ? Si vous êtes un adepte du travail de David Simon Pour en savoir plus sur l'industrie du porno dans les années 70 aux Etats-Unis Voir James Franco joué avec son double, c'est unique et bluffant.   Un avis sur l'épisode 1 de The Deuce ? C'est ce que j'appelle une série d'ambiance, en ce sens, vous n'êtes pas embarqué par l'intrigue mais par l'atmosphère. L'histoire de The Deuce ne…

episodes fin série

EPISODES : la dernière saison

C'est les derniers EPISODES ! La saison 5 est la dernière de la série. J'avais envie de rendre hommage à ÉPISODES, une série qui aurait mérité plus d'attention. Déjà c'est presque un miracle d'être arrivé à 5 saisons et en plus, elles valent toutes le coup d'être vues. Pourquoi ? Tout simplement parce que cette série est hilarante ! Chaque épisodes ce sont des barres de rires vraiment, j'étais pliée en deux lors de certains épisodes. Cette série est un savant mélange de personnages excessivement rigolos, de dialogues drôlement bien écrits et d' acteurs qui jouent bien la comédie ! EPISODES se moque ouvertement de l'industrie de la télévision et en particulier des séries. Toujours avoir un brin d'humour sur sa passion d'autant plus quand c'est bien fait. Pour rappel, EPISODES suit deux créateurs de série britanniques Bervely et Sean Lincoln à qui Hollywood a promis le rêve américain. Sauf qu'une fois sur place, le soi-disant remake de leur série anglaise à succès et multi-récompensée devient un tout autre projet bien loin de l'original. Tout leur est imposé jusqu'au rôle titre Matt Leblanc, ex-Joey de Friends. EPISODES traite de l'enfer du remake et montre à quel point la machine Hollywood peut détruire un projet juste avec quelques changements qui font d'un projet d'origine, un autre totalement différent et si américain. On peut aussi voir la série comme une satire de la difficulté des américains à faire un remake d'une série étrangère sans passer par le formatage made in U.S.  Matt Leblanc est excellent dans son propre rôle jouant et abusant volontiers de son ancienne célébrité gagnée avec Friends. Quant à Berverly (Tamsin Graig) et Sean (Stephen Mangan) plus, ils découvrent l'envers du décor, plus ils hallucinent dans le mauvais sens du terme. Voir ses deux britanniques choqués par les pratiques…

The state série avis

The State : un voyage dont on ne revient pas indemne

Après avoir signé la mini-série Wolf Hall  sur Thomas Cromwell primée aux Gloden Globes et BAFTA, Peter Kominsky revient dans le présent et traite l'histoire actuelle avec The State. Cette mini-série de 4 épisodes de 48 minutes s'intéresse à quatre jeunes britanniques qui décident de tout quitter pour rallier les camps de l'armée de l'état islamique. Entre aveuglement total et réveil brutal, The State offre une plongée ultra-documentée au coeur de l'organisation de daesch. Grâce à Canal +, j'ai eu la chance de voir les quatre épisodes de The State. Afin de me garantir une immersion totale dans cet enfer qu'est l'état islamique, j'ai enchaîné les épisodes à la suite. Ainsi, je me suis sentie proche des personnages et j'ai vécu leurs désillusions au plus près. Jalal (Sam Otto) est un jeune britannique issue d'une famille immigrée élevée dans une famille musulmane pratiquant un islam modéré. Il part en Syrie pour suivre la réputation élogieuse de son frère martyr et persuade son meilleur ami Ziyaad (Ryan McKen) de l'accompagner dans cette aventure. Mère célibataire, Shakira (Ony Uhiara) embarque son fils Isaac dans son périple. Elle souhaite développer ses compétences de jeune médecin dans un hôpital de Raqqa. Enfin, il y a l'adolescente idéaliste, Ushna (Shavani Cameron) qui a été embrigadée par la doctrine sur Internet. Dans ce quator, il y a ceux que l'on comprend dans leur désillusion et ceux qu'on ne comprend pas dans leur aveuglement.   The State : le mal est dans le détail Peter Kominsky est un auteur britannique connu pour être très précis lorsqu'il aborde un sujet. Il se documente beaucoup pour proposer des drames aussi proches de la réalité. The State n'échappe pas à la règle et c'est d'ailleurs pour cela qu'on ne revient pas indemne du voyage qu'il nous propose avec ses quatre…

La Mante avis

La Mante intrigante mais petite joueuse ?

Carole Bouquet est La Mante pour la nouvelle fiction de TF1 ! Distribuée par AB International Distribution, cette mini-série de six épisodes de 52 minutes raconte l'histoire de Jeanne Deber, dite « La Mante », célèbre tueuse en série qui a terrorisé la France il y a plus de 20 ans, est contrainte par la police de sortir de l’isolement pour traquer son copycat (personne qui imite une autre). Elle accepte de collaborer avec la police à une seule condition : n’avoir qu’un seul interlocuteur : Damien Carrot (Fred Testot), son fils, devenu flic pour racheter les crimes de sa mère, et qui refuse tout contact avec elle depuis son arrestation.    La Mante : un bon concept. La première fois que j'ai entendu parlé de La Mante, c'était en début d'année, la mini-série faisait partie du line-up de TF1 au Showeb Séries. Une bande-annonce qui avait fait son effet et laissait sous-entendre un concept prometteur. En plus, Carole Bouquet dans ce rôle de tueuse en série glaciale semblait être un excellent choix de casting. Après avoir vu les six épisodes, je peux confirmer ces deux impressions premières : le concept est bon et Carole Bouquet est l'actrice idéale pour le rôle.  La Mante sans Carole Bouquet aurait peut-être rendu le concept plus fade. Imaginer une personne qui reproduit à l'identique les crimes d'une tueuse en série 20 plus tard, ça arrive. Que la tueuse en série en prison collabore ça peut se faire mais qu'elle exige son fils sur l'enquête, c'est un peu plus tordu et ça on vote pour. Fred Testot est le fils en question, Damien Carrot. Un acteur qui est de plus en plus présent à l'écran que ce soit à la télévision, cinéma ou même publicité. Il se défait de son image de comique qui lui colle…

game of thrones final saison 7

Game of Thrones saison 7 épisode 7 recap

Vous attendiez à un final de saison spectaculaire ? À coup de batailles sanguinaires, dragons tout feu tout flamme ?  Mais vous le savez bien, ce n'est pas le genre de la maison. Dans Game of Thrones, le spectacle se fait avant le final comme l'épisode 6 dans cette saison. Pour le final, la tradition c'est plutôt un petit cliffhanger qui vous fait languir la suite. Il arrive en tout toute fin et il fait toujours son petit effet. Ici, un dragon ressuscité par le roi de la Nuit qui détruit le Mur laissant le champ libre à une armée de morts... Il y a de quoi être inquiet pour la suite et en même temps, être impatient de découvrir la prochaine et dernière saison. ça c'est l'effet Game of Thrones. Le saviez-vous ? L'épisode 7 intitulé "The Dragon and The Wolf" est l'épisode le plus long de l'histoire de Game of Thrones. Même s'il y a quelques longueurs, j'ai trouvé cet épisode fort instructif et des scènes que j'attendais ce sont réalisées. La théorie sur Jon Snow confirmée ! Fini les suspicions sur les parents de Jon Snow, la découverte de Gilly est actée. Jon Snow est bien le fils de Lyanna Stark et Rhaegar Targaryen et son nom est Aegon Targaryen, héritier du trône de fer. Dans un flashback, on voit l'union des deux amants et Lyanne qui demande à son frère de prendre son fils comme l'un des siens. Ainsi, comme l'explique Bran la revanche de Robert Baratheon s'est appuyé sur un mensonge celui que Rhaegar aurait capturer et violer Lyanna Stark alors que c'était de l'amour qui les unissait. C'est beau mais ça change la donne et donc ça c'est plutôt jouissif. Jon & Daenarys enfin ! Il y avait clairement du flirt entre les deux…

teen wolf saison 6 partie a

Teen Wolf Saison 6 partie A : un seul être vous manque et tout est dépeuplé

Stiles revient ! Voilà ce que j'ai envie de dire lorsque j'ai fini le visionnage de la première partie de la Saison 6 de Teen Wolf. Déjà l'absence de Derek (Tyler Horchlin) en Saison 5 avait été un coup dur mais là c'est Stiles qui disparaît ce n'est pas possible ! Stiles, le meilleur pote qu'on aimerait tous avoir. Le co-equipier de Scott McCall depuis La Saison 1. Un personnage emblématique de la série. Visiblement Dylan O'Brien répond à l'appel des sirènes du cinéma et donc Jeff Davis a créé une intrigue pour contenter les deux parties mais qui dessert les wolfies, fans de la série... En effet, notre bande de loup-garous & co font face à des cavaliers mortuaires qui ont le pouvoir de faire disparaître un individu à tout jamais. La première victime est évidemment Stiles que l'on verra par la suite par bribes dans des épisodes. Mais, bon si on ne le voit pas physiquement, on parle de lui sans cesse. Ses copains le recherche et à chaque évocation de son nom, je regrette encore plus l'absence du personnage. À vrai dire même si l'intrigue tient la route, j'ai dû mal à l'apprécier car Stiles manque sérieusement à l'appel.   Le prénom de Stiles révélé Le seul mérite de cette histoire sans Stiles, le prénom du jeune homme est enfin révélé ! C'est le prénom de son grand-père maternel, Stiles s'appelle en réalité Mieczyslaw Stilinski. Jeff Davis explique son choix : "Quelques années plus tôt, je savais que je devrais révéler le prénom de Stiles à un moment. J'ai cherché un prénom polonais qui était incroyablement difficile à écrire et à prononcer. Mieczyslaw sonne comme le mot "mischief" (en anglais cela veut "canaille", "trublion"). Cela semblait être le mot parfait pour décrire Stiles. A la fois un…