Pour le jury des blogueurs de Séries Mania, j'ai vu 12 séries sur la sélection des 15 séries du monde. Par "séries du monde", on parle des séries hors Etats-Unis, Royaume-Uni et France. A chaque fois, deux épisodes par série. Bien sûr, s'appuyer sur deux épisodes pour juger une série n'est pas juste, alors, les avis que je donne ci-dessous sont plus des impressions qu'un jugement définif sur une série.

series du monde series mania

 

 

Cordon

cordon series mania

Pays : Belgique

Synopsis : Pour prévenir la propagation d’un virus mortel d’origine inconnue, le ministère de la Santé prend la décision de condamner un quartier de la ville d’Antwerp. Avec une approche réaliste, Cordon suit le destin de dizaines de personnages, à l’intérieur et à l’extérieur de la zone de sécurité.

Avis : Mise en quarantaine de plusieurs individus ayant été en contact avec le virus. Un cordon de sécurité est mis en place pour séparer ces probables contaminés du reste de la population. Chacun peut s’identifier à un des personnages enfermés. Une vie s’organise au sein du cordon. La mise en scène est réussie et le mystère qui entoure le virus est intriguant.

 

Eyewitness (Øyenvitne)

Eyewitness

Pays : Norvège

Synopsis : Deux adolescents sont témoins de meurtres brutaux entre gangs de motards. Pour ne pas avoir à dévoiler leur relation homosexuelle, ils décident de garder le silence. Mais ce mensonge entraîne une réaction en chaîne qui implique toute la communauté…

Avis : l’intrigue est confuse et manquant de liant. En effet, un personnage arrive dans ce premier épisode comme un cheveu dans la soupe et on devine son implication par la suite. Il est également difficile d’éprouver de l’empathie pour les personnages excepté un des deux ados.

 

Filhos Da Puta (FDP)

filhos da puta

Pays : Brésil

Synopsis : Juares Gomez est arbitre de football : il est donc l’une des personnes les plus détestées et insultées au Brésil ! Entre deux matchs, il gère son divorce et mène une autre bataille contre son ex-femme pour récupérer la garde de son fils. Une comédie grinçante qui évoque les conflits éthiques, la violence des stades et la passion du football au Brésil.

Avis : Comédie sympathique sur le milieu du football, sport sacré au Brésil. Même en ayant quelques vagues notions de football, la série est accessible à tous car c’est surtout l’histoire familiale de Juares qui est intéressante.

 

Devil’s Playground

devil's playground series mania

Pays : Australie

Synopsis : Cette série est la suite du film de Fred Schepisi, The Devil’s Playground (1976). On y retrouve en 1988 Tom Allen devenu psychiatre, veuf et père de deux enfants. Alors qu’il devient conseiller et psychiatre du clergé, Tom se trouve mêlé à un scandale que l’Église tente d’étouffer. Formellement très maîtrisée, cette série ambitieuse interroge le pouvoir de la religion catholique.


Avis : Série qui explore habilement l'univers catholique sans aller dans le cliché. Plus qu'une série de religion, il s'agit d'une série sur deux hommes qui questionnent leur foi. Le casting est très prestigieux : John Noble et Ton Colette entre autres.

 

Le Dégel

le dégel

Pays : Russie

Synopsis : Moscou, 1961. Le chef opérateur Viktor Khroustaliev est soupçonné par le KGB d’être impliqué dans le suicide d’un de ses amis, scénariste. Il doit accepter de travailler sur une « comédie kolkhozienne » pour obtenir l’autorisation de tourner un film plus personnel.

Avis : Mad Men version russe sauf que le sujet est le cinéma russe de l'époque du Dégel et le whisky est remplacé par de la vodka. Le créateur, le cinéaste Valery Todorovsky, a eu l'idée de cette série après une rencontre avec Matthew Weiner (showrunner de Mad Men) et on voit clairement l'influence. Cependant, le scénario est bien moins maitrisé.

 

Mammon

mammon

Pays : Norvège

Synopsis : Le journaliste Peter Veras enquête sur un important scandale financier dans lequel sont impliqués son frère et une partie de l’élite politique du pays. À mesure qu’il se rapproche de la vérité, Veras se retrouve pris dans un engrenage dangereux pour lui et sa famille.

Avis : C’est un thriller qui mélange plusieurs genres : policier, politique et mystique. Tellement de genres en une série que l’intrigue en devient confuse. Le côté religieux qui s’installe à partir de l’épisode 2 encombre encore plus l’histoire.

 

Nymphs

nymphs

Pays : Finlande

Synopsis : Un soir de pleine lune, alors que Didi fait l’amour pour la première fois avec son petit ami, celui-ci décède. Le lendemain, Didi rencontre deux femmes, Cathy et Nadia. Elles lui révèlent qu’elle est une nymphe, qu’elle doit apprendre rapidement de nouvelles règles et se méfier des Satyres qui les pourchassent depuis la nuit des temps…

Avis : L'idée des Nymphs dans un monde moderne est bien trouvée mais la série vire rapidement dans le niais avec des femmes stéréotypées, une réalisation étrange et des costumes grotesques.

 

Ramses

ramses

Pays : Pays-Bas

Synopsis : L’ascension puis la chute de Ramses Shaffy, un chanteur et acteur populaire hollandais, des années 50 aux années 70. Séducteur invétéré, bisexuel et provocant, il nous entraîne dans un parcours mouvementé qui commence au théâtre puis à Rome sur les traces de Fellini, avant de trouver sa voie dans les cabarets d’Amsterdam.

Avis : La vie de Ramses est une vie Bohême faite d'amour, de théâtre et de chant. Cependant, il ne se passe pas grand chose, pas de véritable histoire. Pour info, Ramses Shaffy est un artiste très connu au Pays-Bas et pour nous français, il apparaît difficile de comprendre le personnage ne connaissant pas son histoire.

 

Série Noire

série noire

Pays : Canada

Synopsis : Malgré l’échec critique de leur série judiciaire « La Loi de la Justice », Denis et Patrick, deux scénaristes, se voient tout de même contraints de livrer de nouveaux épisodes. Afin de sauver leur honneur, ils décident de changer radicalement leur manière d’écrire. Jusqu’où iront-ils pour sauver leur œuvre ?

Avis : Mise en abîme sur le travail de créateur de série confronté à l'écriture d'une saison 2. Le show se transforme rapidement en série policière loufoque ! Le tout est servi avec un humour québécois efficace. Attention, les sous-titres peuvent être utiles pour certaines blagues pas évidentes à comprendre pour un non-québécois.

 

The End of The World

the end of the world

Pays : Corée du Sud

Synopsis : Une épidémie fait plusieurs victimes en Corée du Sud. Kang Joo Hun, à la tête du centre de lutte épidémiologique de Corée, risque de perdre celle qui l’aime, atteinte du virus. Avec l’aide d’une équipe de scientifiques, il tente de trouver l’origine de cette mystérieuse maladie mortelle transmise par un porteur sain, avant qu’elle ne se propage dans tout le pays.

Avis : Etude minutieuse d’une épidémie et atmosphère oppressante convaincante. Défauts principaux : la lenteur de la série et aucune empathie pour le patient zéro. Fait surprenant ou culturel ? Les personnages ne semblent pas très inquiétés par la situation. Pour information, la série a beaucoup dérangé en Corée du Sud et au lieu des 20 épisodes prévus, elle en compte 12.

 

The Legacy (Arvingerne)

the legacy

Pays : Danemark

Synopsis : Après sa mort, Veronika Grønnegaard, artiste célèbre et excentrique, laisse derrière elle un vaste domaine et quatre enfants, chacun influencés différemment par son éducation libertaire. La série dresse avec finesse ce portrait de famille et interroge le lien entre la génération 68 et leurs enfants.

Avis : Drame familiale sur la question de l’héritage. Une famille désunie rassemblée pour un l’enterrement de la matriarche mais qui va de nouveau se déchirer et bien plus encore après cet événement. Seul regret le côté « bobo » : effet génération 68.

 

Woman

woman series

Pays : Japon

Synopsis : Après la mort de son mari, Koharu élève seule ses deux enfants. Malgré ses efforts, elle ne parvient pas à joindre les deux bouts. Les services d’aide sociale décident d’appeller Sachi, sa mère, qu’elle n’a pas vue depuis près de 20 ans, pour lui demander d’aider Koharu. Elle répond par l’affirmative. Koharu accepte alors de la rencontrer.

Avis : Série émouvante sur la condition des familles monoparentales au Japon. Quand une des protagonistes explique à Koharu qu’une mère seule qui souhaite vivre une vie normale n’a que deux choix « l’industrie du sexe ou le remariage », on comprend encore mieux les difficultés. Ce drame est juste et ne va pas dans le larmoyant.

Prix des blogueurs Séries Mania – Saison 5

 
crédits : les synopsis ont été edités par www.series-mania.fr