Partager

Que serait Daniel Holden sans sa soeur Amantha ? Rencontre avec Abigail Spencer, l'interprête d'Amantha Holden dans la série Rectify. Au 55ème festival de télévision de Monte-Carlo, autour d'une table ronde, l'actrice a abordé l'évolution de son personnage au fil des saisons.

abigail-spencer

@slpcannes-photos

favicon14Pensez-vous que c'est le rôle d'une soeur de défendre son frère ? Et en quoi, elle est meilleure dans ce rôle que sa mère ?

Abigail Spencer : "Je pense que ce sont deux femmes différentes. Janet et Daniel sont très similaires. La façon dont ils approchent les choses. Ce sont des personnages très introvertis. Dans la saison 3, ce qui est très intéressant, c'est l'ascension de Janet. Elle deviendra un personnage plus actif. Dans les deux premières saisons, elle était réactive, passive et très intérieure mais vous allez vraiment la voir émerger. Au fur et à mesure qu'elle émerge, cela permet à Amantha de faire son propre chemin parce qu'elle n'est plus celle qui joue la mère, soeur, amante. Elle n'a plus besoin de jouer tous ces rôles car les gens deviennent plus forts. Justement parce que Daniel et Janet se ressemblent, Amantha devait avoir ce rôle. Dans le passé de la série, le père de Daniel et Amantha était celui qui se battait à l'origine pour la sortie de prison de Daniel et j'étais sa seconde. Puis, il est mort d'une crise cardiaque. Quand il est mort, c'est devenu le rôle d'Amantha. Janet, elle s'est remarié et elle a un enfant de remplacement. Elle devait accepter que son enfant était mort et Amantha n'a pas accepté cette solution. Dans leurs vies, elles gèrent les choses de manière complètement différentes. Ce qui est génial, c'est de voir Janet émergée et que cela serve à Amantha de poursuivre son propre chemin".

Comment expliquez-vous l'investissement d'Amantha dans le combat de Daniel ?

Abigail Spencer : "Je ne sais pas, moi, j'ai deux frères. Ce que j'adore chez Amantha et dans la série, c'est que l'histoire d'amour principale est celle entre Daniel et Amantha, on dit qu'ils sont le vrai couple marié de la série. J'aime vraiment voir une histoire entre un frère et une soeur qui essayent de s'en sortir. Personnellement, j'ai une relation compliquée avec mes frères : il y a cet amour profond et un extrême gêne, cet humour vache mais sans aller trop loin, il y a la vérité mais aussi ne me dit pas la vérité car je n'ai pas envie de l'entendre. Ce sont des comportements normaux de frères et soeurs, mais c'est les circonstances qui les rendent uniques à cause de ce qu'il a vécu ces vingt dernières années. Puis, Amantha doit se réveiller et réaliser qu'elle ne sait pas vraiment ce qu'il a vécu ces vingt dernières années et il ne sait pas non plus ce qu'elle a subi. Elle peut à peu près imaginer ce qu'il a vécu et dans cette saison, elle peut essayer de comprendre sans être si impliquée. Ne pas rechercher son amour et son attention, mais le voir pour ce qu'il est".

Selon vous, quel futur pour John et Amantha ?

Abigail Spencer : "Dans la saison 1, l'enjeu était de savoir à quel point ils sont amoureux et quand Daniel est sorti que doivent-ils faire ? On a fait cette chose, Daniel est dehors, on ne sait pas trop comment s'en occuper. On se sentait comme ses gardiens. La saison 2, c'est davantage essayons d'avoir notre propre relation amoureuse en dehors de Daniel. Explorons et faisons un rendez-vous galant. Faisons des choses qui n'impliquent pas Daniel. Mais à cause de la ville et de la situation, cela revient toujours à Daniel. Dans la saison 3, je pense que John a envie de continuer avec Amantha mais elle a besoin de comprendre qui elle est en dehors de Daniel. Malheureusement, John en subira les conséquences. Je ne pense qu'il n'y ait pas d'espoir pour eux mais Amantha suivra son propre chemin loin de Daniel et John. Vous la verrez être Amantha Holden, et non la soeur de Daniel ou la copine de John. Elle va vraiment essayer de comprendre qui elle est sans ces éléments".

Selon vous, qu'est-ce que c'est Rectify pour vous ?

Abigail Spencer : "Le sens de la vie ? C'est vraiment difficile de qualifier et d'évaluer de quoi ça parle. Pour moi, quand je regarde Rectify, c'est aller au plus profond de mon âme et regarder mon humanité à un niveau plus honnête. Rectify, c'est une exploration d'un panel d'émotions. Ça parle de la vie, de la mort, de l'espoir, de ne pas être utile, de tous les choix que l'on fait. Quand je travaille sur la série, j'ai ce sentiment de vouloir être meilleure".

La saison 2 est plus longue que la saison 2 en quoi cela impacte le processus créatif de la série ?

Abigail Spencer : "La saison 2 était intense surtout pour nous qui sommes des créatifs et artistes et Ray Mckinnon, en particulier en tant que créateur de la série. Je pense que si on veut garder un certain niveau de sophistication et garder une série avec de véritables ambitions, je pense que c'est mieux d'en faire moins. Parce que vous devez garder le volume et Ray (Mckinnon) est sur le tournage, il écrit la série et l'édite. Il fait partie de l'ensemble. Un seul être ne peut pas en faire autant. Je trouve que la saison 2 était tout simplement épuisante. La saison prochaine fera 8 épisodes, ce qui est un juste milieu entre 6 et 10 épisodes. Je pense que ce sera parfait pour nous. Tout dépend du temps que vous avez pour écrire, réaliser et éditer. Ça donnait l'impression qu'on allait tous mourir à la fin de la saison 2. La saison 3 est un moment plus calme pour nous".

rectify-amantha-abigail-spencer

@slpcannes-photos

Abigail Spencer says !

Season 2 was really hard for me as a human  playing her because when you are in transition, when you realized you are totally co-dependent and you are like, Oh my gosh, I have to do something about. It's so much harder.

In season 3, you are going someone failing at changing but really change

Rectify is about ...

The meaning of life

D'autres lubies en séries à lire...

TAGS : interviewrencontreMonte-Carlo 2015Rectify

Il y a 1 commentaires

  1. Pingback: True Detective saison 2 - Lubie en Série

Votre avis ici

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *