Partager

Assoiffé d'ambition, le commissaire Herville est colérique et rend la vie de Laure Berthaud et son équipe impossible. A l'occasion de la diffusion de la saison 5 d'Engrenages sur Canal Plus, rencontre avec son interprète Nicolas Briançon, un fan de la série avant tout. Une opportunité d'en savoir plus sur son personnage plus présent dans la saison 5.

Attention ! Quelques spoilers sur la saison 5 ! Vous êtes prévenu !

nicolas-briançon-interview

Il paraît que vous êtes un fan d'Engrenages avant de jouer dans la série ?

Nicolas Briançon : " Je suis arrivé en saison 4, j'avais un petit rôle. Mais, en fait, j'étais fan d'Engrenages avant de jouer dedans. C'est très privilégié car c'est le sentiment de passer dans le film. Mais, vraiment fan d'un été où j'étais resté à Paris sans mes enfants car je répétais une pièce, je me souviens je me faisais des séries. Quelqu'un m'avait dit : "tu devrais regarder Engrenages". Je me suis dit "oh non une série française". Puis, je passe à la Fnac et je vois le coffret de la saison 1 d'Engrenages alors j'achète. Je commence à regarder et j'ai vu en 48 heures la saison 1. C'était deux ans après la première diffusion. Je me souviens que j'ai appelé mon agent une semaine après et je lui ai dit que je voulais faire une série pour Canal. Du coup, j'ai fait Maison Close. Pendant le tournage de Maison Close, j'avais dit : "Je veux tourner dans Engrenages même trois jours, je serai content. Je veux un jour être dans Engrenages". Et ils m'ont appelé au moment de la saison 4. C'est marrant comme sensation de passer de fan à l'écran. Maintenant, je me suis dit je vais voir si ça marche, j'adorerais jouer dans House of Cards. Je me suis dit qu'un moment ils vont avoir besoin d'un ministre des affaires étrangères français".

Herville est un personnage assez nerveux : est-ce que c'est un aspect de sa personnalité écrit à l'origine ?

Nicolas Briançon : " Oui il était écrit comme ça. Dans Engrenages, c'est très écrit et bien écrit notamment la saison 5, je trouve qu'Anne Landois a fait un boulot absolument incroyable dans l'écriture. Jean-François Balmer qui est un acteur que j'aime beaucoup dit toujours que c'est les grands rôles qui font les grands acteurs. C'est parce que le rôle est bien écrit et qu'il est riche et qu'il contient beaucoup de choses que l'on peut tout d'un coup s'exprimer, et se lâcher et avoir des choses à jouer. Comme le personnage, c'est un peu complexifié cette année et enrichi, on est passé d'un Herville qui était très monochrome pour pas dire entrain de hurler dans un bureau saison 4 à un personnage qui a des doutes et qui s'humanise forcément ça devient encore plus intéressant".

Est-ce qu'on trouvera un Herville plus sympathique dans la saison 5 ?

Nicolas Briançon : "A partir du moment où il se rapproche de ses hommes, il va redescendre sur le terrain et il va s'humaniser. J'imagine qu'il peut créer une empathie différente. Après ça reste Herville, c'est un personnage qui n'a pas la nécessité d'être aimé par les autres".

 Crédit Photos : Stéphane Grangier - Simon Toupet / CANAL+

TAGS : interviewEngrenagesrencontrecanal plus

Votre avis ici

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *